En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de Cookies ou autres traceurs pour vous proposer votre dernier panier créé sur ce site et conserver la connexion automatique à votre compte.
Personnaliser
Retour Article   -   Ajoutée le 23 septembre 2019   -   0 commentaire

L'enfant Hyperactif 2eme Partie

Découvrez quelle attitude adopter!

Dans la 1ère partie nous avons vu comment reconnaitre un enfant hyperactif. Dans cette 2ème partie nous vous donnons quelques conseils pour ne pas craquer et dire aux parents que vous n’y arriverez pas. Et surtout permettre à cet enfant finalement souvent très sympathique de progresser.

L’enfant hyperactif est un enfant tactile, intelligent et affectif. Mais il use son monde, il fait pleurer les parents et épuise les auxiliaires de vie qui craignent par-dessus tout qu’il lui arrive quelque chose.

Quelques conseils

Quand vous intervenez pour la première fois pour vous occuper d’un enfant hyperactif, la tendance naturelle est de faire de l’autoritarisme et ensuite de punir parce que vos consignes n’ont pas été respectées. Punition qui n’arrange rien, d’autant qu’il faudrait en donner 50 par jour

Le Bilan
 

Pour commencer faites une liste des actions, des comportements inacceptables pour vous. Pensez par exemple aux dangers éventuels, aux priorités sanitaires et à votre tranquillité car un enfant hyperactif vous fait vite « perdre votre latin »
Quand votre liste est prête, classez la part urgences et priorités et édictez des règles de ce qui est autorisé et expliquez-lui.

Evitez les négations

Nous parlons bien des règles autorisées. Par exemple il vaut mieux dire « La porte doit rester fermée » plutôt que « il ne faut pas ouvrir la porte ». L’enfant hyperactif comme beaucoup de personne ne comprend pas ou n’assimile pas les négations. Il finit par oublier le « ne pas » et votre consigne fonctionne à l’envers de ce que vous voudriez ?

Une consigne précise pour chacune de vos priorités

Evitez de multiplier les consignes pour un même sujet. Une règle et une seule par situation.
Ecrivez les sur des Post-it et placez-les là où il faut télévision, salle d’eau, cuisine, partout où il faut. Ne vous inquiétez pas les parents comprendront. Privilégiez les dessins aux écritures, les enfants hyperactifs ont peu de patience pour lire.

La mise en confiance 

On dit souvent « si tu veux être écouté d’une personne fait en d’abord un ami ». L’enfant hyperactif encore plus qu’un autre a besoin d’avoir confiance en vous. Pour commencer parlez-lui naturellement, dans une ambiance détendue et donnez-lui des explications simples de ce que vous attendez de lui. Ne le saoulez pas d’informations, il décroche très vite. L’enfant hyperactif est intelligent, dès que possible sollicitez son avis et des réponses sur le sujet. Les consignes doivent être abordées sans autoritarisme et une par une. Ne passez pas à une autre règle sans que la précédente soit assimilée.

Les récompenses

Comme tout le monde, mais plus qu’un autre, l’enfant hyperactif aime être félicité, sachez reconnaitre ses efforts, et récompensez-le. Les récompenses peuvent être des petites images, une histoire racontée, des moments de jeux supplémentaires, des avantages. Il doit assimiler le respect des consignes comme quelque chose de très agréable, non comme une contrainte. Parlez-en aux parents pour vous mettre d’accord sur des petits cadeaux. Et surtout quand vous promettez quelque chose, faites-le.

Les punitions

Elles ne servent, la plupart du temps, pas à grand-chose. Malgré les règles édictées, vos bonnes explications, l’enfant fera souvent les actions que vous n’aimeriez pas qu’il fasse. L’assimilation des règles est lente. Il vous faut être patient (après tout vous n’êtes pas hyperactif). Il vaut mieux répéter calmement la consigne, en parler, lui demander ce que vous pourriez faire pour lui pour ne pas qu’il recommence. Son attitude évoluera doucement, plutôt que de le punir rappeler lui ce que ses bons comportements lui ont rapportés.

L’activité physique

La légende urbaine voudrait faire croire que la dépense physique est bénéfique au comportement de l’enfant hyperactif et qu’en l’épuisant il sera plus calme.

Dites-vous bien qu’on n’épuise pas un enfant hyperactif. Le sport est bon pour lui mais il ne lui en faut pas plus qu’aux autres. Vouloir l’épuiser, c’est l’énerver. Ramenez-le, dans la mesure du possible, à des distractions qui lui plaisent mais qui réclament adresse, calme et attention.

En revanche après vous être occupé d’un enfant hyperactif, surtout si vous l’accompagnez au quotidien, nécessite que vous vous occupiez de vous. Quelque chose qui vous défoule et vous détende.

Retrouvez toutes nos actualités et fiches pratiques en cliquant ici 

Pour nous rejoindre et trouvez du travail dans les services à la personne, cliquez-ici !

Partagez cet article :
Commentaires (0) Ajouter un commentaire